Day 99-112: Baja Desert

Day 99-112: Baja Desert. 4964 km.

La traversée du désert était mémorable. On pédalait une centaine de kilomètres par jour avec Tom, faisant défiler ces innombrables cactus géants, ces roches et ces vautours qui planaient au-dessus de nous. La chaleur était tellement pesante que la tente tintait comme du papier la nuit sous le vent et la poussière. Pas de musique pour me distraire cette fois; je veux vivre pleinement l’expérience. Etre là, dans ce lieu où l’activité humaine se réduit à une poignée d’échoppes espacées d’une demie journée de vélo. Coupée de toutes distractions virtuelles, sans douche pendant cinq jours, on est réduit au stricte minimum vital. De l’eau, de la nourriture, une tente pour dormir et des étoiles pour rêver. Ca me fait un bien fou. Les langues se délient sur l’expérience de la vie, comme si ici nous étions dans une bulle, hors du reste du monde.

flat
Repairing a flat in the desert
scorpio
Baby scorpio on my sock

Dernier jour avant de rejoindre la civilisation. Le vent nous freine fort sur cette longue ligne plane que devient notre route. L’horizon est le même pendant quelques heures. On croit être en pente descendante et en fait, ça ne s’arrête pas de monter. L’effet d’optique est plus que décourageant et joue sur nos nerfs. On finit par craquer durant la dernière heure, hurlant des insultes au vent, dansant sur nos selles. Finalement se dresse des maisons, de l’activité humaine. Guerrero Negro! C’est comme ça que s’appelle notre Eldorado. On retrouve le confort dans une chambre d’hôtel pour deux jours. Et une bonne douche aussi! Il me faudra quelques jours pour atterrir du désert.

tacos
Fish tacos, so yummie!!!
team
The franco-american team

Je reprends mon chemin avec une nouvelle équipe, on forme un trio franco-américain. Après le désert, le camping sauvage n’a plus de secret pour moi. On croise encore d’autres cyclistes d’horizons différents, européens pour la pluspart. Un stop dans une merveilleuse casa de ciclistas, qui est en fait un restaurant tenu par un couple au grand coeur. Un day off pour se relaxer à Mulégé, se baigner, papoter, rencontrer. La Baja California est un chemin bien bondé pour les vélocipèdes et je finis par faire partie d’une équipe de quatres mecs, rencontrés en bord de plage où on a campé la veille. Et voila, nous arrivons à Loreto pour les fêtes de fin d’année. Je vais faire un break ici pour quelques jours, et la merveilleuse nouvelle est qu’une amie du Japon me rejoint pour Noël. Elle m’avait hebergée pendant mon voyage à vélo entre Tokyo et Hiroshima. Je suis ravie de voir une tête connue, qui plus est une super amie!

yoga
Stretching in the desert
casa
Jack in the casa de ciclista

Avec tous les cyclistes et elle, on va faire un bon dîner avec nos spécialités de nos pays avec la famille mexicaine qui nous accueille. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année, j’aimerais être parmi vous, famille et amis d’Europe, pour partager un moment avec vous!

mision
La Mision in Mulege
muleg
Sunset on the lighthouse

Day 99-112: Baja Desert. 3085 miles.

Crossing the desert was memorable. We pedaled 60ish miles a day with Tom, scrolling by countless giant cacti, rocks, and vultures gliding over us. The heat was so heavy that the tent rustled like paper during the night under the wind and the dust. No music to distract me this time; I want to live through this experience fully. Being here, in this place where human activity is reduced to a few shops spaced by a half day of riding, cut off from all the virtual distractions, without any showers for five days, we are reduced to the minimum vitals. Water, food, a tent for sleeping, and stars for dreaming. It makes me feel good. Tongues are loosened on the experience of life, like if we were in a bubble, out of the rest of the world.

On the last day before joining the civilization, the wind strongly slowed us on a long flat line which turned out to be our road. The horizon was the same for a few hours. We thought we were on a down hill but in fact, it never stopped to be hilly. The optical illusion was more than daunting, and played on our nerves. We ended by breaking down during the last hour, screaming insults to the wind, and dancing on our saddles. Finally, there were stand up houses, human activity. Guerrero Negro! It’s what our El Dorado was named. We found comfort in a hotel room for the next two days. And a good shower too! I will need few days for landing from the desert.

I took the road again with a new team. We formed a trio Franco-American. After the desert, the free camping does not have any secrets for me anymore. We met other cyclists again from differents horizons, Europeans mostly. We took a break in an awesome “casa de ciclistas”, which is in fact a restaurant owned by a couple with a big heart. A day off for relaxing in Mulege, swimming, chatting, and meeting new people. Baja California is a crowded path for cyclists, and I ended up meeting a team of four men on the beach where we camped the day before. And here we go…

We arrived in Loreto for the end of the year. I will take a break here for a few days, and the wonderful news is that my frind from Japan joined me for Christmas! She hosted me during my bike trip in between Tokyo and Hiroshima. I was really happy to see a familiar face, who is a really good friend!

With all the cyclists and her, we made a good dinner with all our specialities from our countries with the Mexican family who hosted us.

I just have to wish you all a really great ending of year! I would love to be with you, especially my family and friends from Europe, and share this special time with you!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s